Vgayet : Le calvaire des Journalistes

2

Yuva. A le 28 .07.2020 à 18:57

Comme la plupart des secteurs d’activités, le monde des medias, notamment en Kabylie, est durement touché par la pandémie du coronavirus qui touche le pays depuis plusieurs mois.

Les journalistes les plus touchés, particulièrement les journalistes indépendants, qui du jour au lendemain se retrouvent dans des situations difficiles voire critiques. Ajouter aux licenciements, le journaliste est exposé à des maladies et il n’arrive pas à se soigner, faute d’assurance et manque de moyen,.

Pis encore, il est abandonné par les soi-disant syndicats locaux, notamment les syndicats régionaux de journalistes de Vgayet, qui ne se manifestent qu’à la proche des renouvèlements de bureau et d’octroi  de Subventions.

Notre confrère Idir Mehdaoui, a frappé à toutes les portes, notamment par son l’appel de détresse lancé le mois Avril dernier au wali de Vgayet pour se rapprocher des structures médicalisées pour des problèmes respiratoires, grâce à l’intervention du député Chafaa Bouaiche, notre confrère a été pris en charge temporairement, en attendant la fin du confinement.

Selon toujours notre confrère ‘’ On lui a refusé d’accéder au Bureau du chef de cabinet de la wilaya, le 10 Mai dernier, comme s’il est venu d’une autre planète , s’indigne notre interlocuteur , avant d’ajouter ‘’et avec un Tant agressif , la secrétaire m’a demandé de ne plus venir ici,  ‘’ et puis vous, comment déjà vous vous retrouvez ici’’ une façon lui dire que les citoyens n’ont pas le droit de mettre les pieds au siège de la wilaya’’

  En plus des problèmes professionnels et familiaux, Le journaliste  fait l’objet de stigmatisation et de pression, malgré plusieurs rencontres nationales, organisées notamment par les ‘’pouvoirs public’’  pour soutenir les journalistes dans leur noble mission et défendre leurs droits socio-économiques.

Et malgré  l’existence depuis 2012, d’une loi organique dédiée à la presse et la consécration d’une Journée nationale pour la presse, le secteur « continue de sombrer et les journalistes de désespérer en raison des pressions exercées sur eux, lesquelles portent atteinte non seulement à leur profession mais aussi à leur dignité humaine ».

.

2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Souhaitez-vous vous abonner à nos pages?