Azzedine Meddour: Un cinéaste émérite, un parcours inachevé

2

Azzedine Meddour est décédé le 16 mai 2000. Né en 1947 à Sidi-Aich et originaire de Timezrit dans la wilaya de Vgayet. Après des études de lettres françaises à l’université d’Alger, Azzedine Meddour entreprend des études de cinéma à l’école de cinéma de Moscou (VGIK) pendant sept ans. Dès son retour en Algérie, en 1978, il rejoint la RTA, la télévision algérienne, où il réalise de nombreux courts métrages et documentaires, notamment la série sur les luttes de libération dans le monde :Le Colonialisme sans empire (1978).Puis Azzedine Meddour tourne pour l’E.N.P.A. (Entreprise Nationale de Production Audiovisuelle).Sa dernière œuvre est l’épisode Douleur muette, qu’il a réalisée pour le documentaire collectif L’Autre Algérie :regards intérieurs (1998).Actionnaire de la maison de production Imago Production, il devient en 1993 membre fondateur de R.A.I.S. (Rassemblement des Artistes, Intellectuels et Scientifiques).Il a également été vice-président de l’A.R.P.A. (Association des Réalisateurs Producteurs Algériens). Par ailleurs, Mounia est entrain de continuer l’œuvre de son défunt père.

Ainsi, Azzedine est le père de la réalisatrice Mounia Meddour qui a récemment fait parler de son œuvre « Papicha » doublement primée lors de la 45e cérémonie des Césars en France. Mounia Meddour ne pourra renier sa filiation, elle est la fille de Azzedine Meddour, désormais disparu, et qui a signé en 1997 l’un des plus beaux films du cinéma algérien La Montagne de Baya, tourné en langue kabyle. Félicitée et honorée au festival de Cannes pour son film « Papicha » qui relate le drame des années 90. A ce propos Mounia dira en hommage à son père, que : »Mon film est dédié à mon défunt père, Azzedine Meddour, qui m’a toujours poussée à travailler dur, à être endurante. Je me suis lancée dans la production de son dernier long-métrage, La Montagne de Baïa, à 19 ans, en 2000, en créant ma société Yasso Prod, afin d’assurer la vie de son ultime œuvre juste après sa disparition. »

A.HAMMOUCHE

Source : presse

Filmographie :

Les Nouvelles Croisades (1980)

Combien je vous aime (1985)

La légende de Tiklat (1991)

Djurdjura (1992)

Le chacal doré (1993)

La Montagne de Baya (1997).Films 2004

Autre Algérie.

L’autre Algérie est une série de cinq documentaires (Douleur Muette, Le Train de l’Espoir, Les Echos des Stades.

Moyen métrage | 1998

Douleur muette

Fait partie de la série « L’autre Algérie » Douleur muette » se propose de construire le regard que portent les enfants d’Algérie sur le drame que vit […] (Internews/Article Z)

Azzedine Meddour est associé(e) à ce film en tant que réalisateur

Long métrage | 1997

La montagne de Baya, 1985

Combien je vous aime, l’auteur dresse un portrait au vitriol de la colonisation française en Algérie.

Voici la liste de ces œuvres qui ont reçus des récompenses internationales.

• 1980 : Les nouvelles croisades (série de 8 heures en 7 parties), 1er prix au Festival du Caire, 1er prix à Ouagadougou

• 1982 : La fillette et le Papillon

• 1983 : Entre nous (fiction), prix spécial du jury à Prague, mention au Festival de Monte-Carlo

• 1985 : Combien je vous aime, 1er prix du Festival américain du film à New York, section « Perspective »

• 1986 : Polisario, année 15

• 1988 : Un survivant raconte

• 1990 : Des faits et des faits : AHDATH wa AHDATH

• 1991 : La Légende de Tiklat

• 1992 : Djurdjura

• 1993 : Le chacal doré, prix du jeune public à Palaiseau, grand prix du CERIST

• 1997 : La Montagne de Baya (Adrar N’Baya), long métrage en kabyle

• 1998 : Douleur muette, prix Adolf Grimme, Festival des films du monde de Montréal

• 1998 : Prix du public Festival de Venise 1997 (clôture de la sélection Mezzogiorno).

Source: Relais Médias

2

Souhaitez-vous vous abonner à nos pages?