Coronavirus: Vers la fermeture des université à partir du 15 mars

2

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a adopté des mesures « préventives » pour assurer les cours à distance « en cas d’apparition de nouveaux cas du Coronavirus en Algérie », rapporte ce dimanche l’APS qui précise que ces mesures prises par la tutelle seront « opérationnelles » à partir du 15 mars courant.

Dans une note adressée samedi aux présidents des conférences régionales des universités et directeurs des établissements universitaires, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Chems Eddine Chitour a révélé une initiative « pédagogique » mise en place par le Secteur pour mettre un terme à une « éventuelle » propagation du coronavirus, consistant en l’élaboration d’une plate-forme garantissant les cours à distance pour une durée d’au moins un mois.

La situation exceptionnelle que vit le monde suite à une éventuelle propagation de l’épidémie mondiale « astreint (le ministère) à prendre une initiative pédagogique en recourant à des mesures préventives garantissant la continuité de l’enseignement », lit-on dans la note.

A cet effet, le ministre a appelé les directeurs des établissements universitaires et présidents des conseils scientifiques à « sensibiliser et mobiliser » leurs collègues enseignants pour « adhérer à cette opération pédagogique », soulignant que les premiers concernés, à savoir les étudiants, doivent « s’adapter à cette démarche ».

Cette initiative consiste en « la publication en ligne d’un contenu de cours consultable, couvrant une période d’un mois au moins d’enseignement, sur le site web de l’établissement (de préférence sur la plateforme de l’établissement) ou sur tout autre support ». Il est en de même pour les travaux dirigés » qui seront accompagnés de brefs correctifs ».

Dans le même cadre, il sera mis à la disposition des étudiants, en suivant la même méthode, » les travaux pratiques qui cadrent avec ce mode d’enseignement », ajoute l’instruction.

Après avoir souligné qu’il faudra « prendre compte de toutes les mesures techniques indispensables dans l’objectif de maintenir la communication et le contact à distance entre l’enseignant et l’étudiant », le ministre a tenu à préciser qu’il s’agit là « dans tous les cas » d’une initiative « première » du genre.

Il a également affirmé que ce dispositif « doit être opérationnel dès le 15 mars 2020″, d’autant plus que, » ces cours et supports pédagogiques doivent être à mis la disposition de tous les étudiants du pays ».

Le ministre a mis l’accent enfin sur tout intérêt qu’il accorde à l’application stricte de la teneur de cette note.

Contacté par l’APS, une source responsable a précise que ces mesures étaient « préventives, en cas d’apparition d’autres cas de Coronavirus », le but étant » de préserver la santé des étudiants et d’éviter la propagation de l’épidémie en milieu universitaire qui connaît une surcharge ».

« En application des instructions du Président de la République, le Premier ministre a instruit récemment toutes les parties concernées à l’effet de prendre les mesures nécessaires, conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, afin de garantir la protection sanitaire de tous les citoyens et éviter la propagation du virus COVID-19 », avait indiqué un communiqué des services du Premier ministre.

Afin de contrer toute éventuelle propagation de cette épidémie en Algérie qui enregistre, à ce jour, un seul cas confirmé d’un ressortissant italien qui a été transféré vers son pays, vendredi dernier, il a été procédé à la mise en œuvre d’un certain nombre de mesures, parmi lesquelles « le renforcement du contrôle sanitaire au niveau des frontières et des points d’accès maritimes et aériens, la désignation des hôpitaux et des services de référence pour la prise en charge de tous les cas suspects et la prise en charge médicale de tous les cas en provenance des pays où sévit le virus.

Il a été également décidé de « la mise en place d’une cellule de veille et d’écoute constituée de médecins et de spécialistes en maladies contagieuses et mise à disposition d’un numéro vert, le 30-30, au niveau du ministère de la Santé, destiné à répondre aux questions et préoccupations des citoyens ».

Il s’agit aussi de la « poursuite de la fourniture de tous les produits pharmaceutiques nécessaires pour la prise en charge des cas suspects, l’augmentation du volume des stocks en produits pharmaceutiques, notamment les fournitures de prévention et de protection telles que les masques de protection, ainsi que l’incitation des producteurs locaux à augmenter leurs capacités de production afin de répondre aux besoins supplémentaires ».

Les instructions portent, en outre, sur « la mise en place d’une stratégie claire pour assurer la distribution et la disponibilité des moyens de protection et de prévention en cas de besoin », de même que « la mise en place d’un système de contrôle pour lutter contre toute forme de spéculation concernant ces produits, en coordination avec les services des douanes, du commerce et de la santé ».

Par ailleurs, le ministère de la Santé est chargé de « publier un communiqué quotidien sur l’évolution de la situation de cette épidémie dans notre pays », note la même source.

Il convient d’indique que les victimes du Covid-19 s’est élevé, selon les dernières statistiques mondiales, à 3.000 décès parmi plus de 86.000 cas enregistrés dans soixante pays.

La plupart de ces victimes se concentrent en Chine où le virus est apparu pour la première fois, plus précisément dans la ville de Wuhan, fin décembre dernier.

Source: ICI

2

Souhaitez-vous vous abonner à nos pages?