SUR LA POLITIQUE

1
Loading...

Sur la politique
Par Nabil Abderrahmane-Chronique du 15/02/18

L’âge des réformes politiques prend fin. Aujourd’hui nous allons droit vers une vacuité tueuse. Le pays est chamboulé par les chutes périodiques du pétrole, et par la politique du parti unique. Déjà que nous sommes soumis à un Dieu unique, une pensée unique, une religion et une langue unique. Cela fait l’apologie de la décision du président du MSP qui vient de refuser l’idée d’un candidat unique pour l’élection présidentielle 2019. Abderrezak MAKRI, contredit Soufiane DJILALI le leader du parti Jil jadid qui a proposé cette unique candidature à l’opposition. Afin d’aboutir à l’unique résultat tant attendu depuis les réformes politiques de Chadli BENDJEDID.

Bien entendu les partis politiques en Algérie font semblant d’exercer la politique ! Une question d’animation, juste pour combler le vide politique, et faire en sorte de répondre à l’opinion publique : que la scène politique est très active. Dernièrement, nous avons vécu l’événement culte la religion qui infiltre le politique pour purifier un Chakib KHELIL qui a pêché dans cette même soi-disant scène.

Le mouvement de la Zaouïa s’engage à nouveau dans une nouvelle mission pour soutenir le président pour qu’il brigue un 5e mandat. Mais contre toute attente, et pour preuve d’accabler la logique à sa mère biologique, le secrétaire général du parti unique décide de traduire l’audacieux qui est à l’origine de la création de ce mouvement au conseil discipline. D’un autre point de vu d’analyse il est clair qu’un 5e mandat n’est pas permis pour l’actuel président. Il est clair aussi que le FLN ne quittera pas le jeu si facilement. Une guerre de clan s’engage dans la misère politique pour conserver le pouvoir mais avec au sans Bouteflika là c’est l’introduction de la problématique !

Au moment où le système s’amuse à jouer ses dernières cartes. Naïma SALHI fut le joker, Abderrezak MAKRI toujours valet du système…à l’ancienne toujours c’est l’islamisation qui assure le rôle d’agitateur atmosphérique pour le dernier carton afin de camoufler la vraie impasse qui subjugue la réalité. A gauche, le FMI exercice de nombreuses pressions sur l’État automatiquement on fait appel à Naïma pour détourner l’opinion publique. C’est une question de temps avant le grand jour de la faiblesse générale. A droite, la levée des subventions pour les différents matières telles que : les carburants, lait… est obligatoire, ajoute à ça des licenciements dans le secteur public et une attention de baisser les salaires.

Le premier ministre assure bien la réussite de l’hostilité, et prochainement pour quoi pas un certificat d’expertise dans le domaine. Soyez au rendez-vous 2019, sera plus intéressent que 2018, la préface de la mendicité.

loading...
1

Souhaitez-vous vous abonner à nos pages?

Inline
Inline