Ould Abbes : « Bouteflika dirige le pays en maestro »

1

Première réaction du pouvoir aux propos de l’ancien ambassadeur de France, Bernard Bajolet. Elle vient de Djamel Ould Abbes. Le secrétaire général du FLN, qui a rencontré ce samedi 22 septembre les mouhafedhs du parti à l’hôtel Mouflon d’Or à Alger, a indiqué devant les journalistes que le président Bouteflika « dirige le pays comme un maestro ».

Des propos interprétés comme une réponse à ceux tenus par l’ancien diplomate français à propos de l’état de santé du président Bouteflika.

Dans un entretien au Figaro paru vendredi, Bernard Bajolet, ancien ambassadeur de France en Algérie et ancien patron de la DGSE avait affirmé croire à une “évolution à petits pas des relations algéro-françaises, et ce pour deux raisons : la première tient à un problème de génération. La nomenclature algérienne, issue ou héritière de la guerre d’Algérie, a toujours besoin de se légitimer en exploitant les sentiments à l’égard de l’ancienne puissance coloniale (…). La seconde raison est plus conjoncturelle : le président Bouteflika, avec tout le respect que j’éprouve pour lui, est maintenu en vie artificiellement. Et rien ne changera dans cette période de transition”.

Le SG du FLN n’a, par contre, pas réagi à l’appel du même Bajolet à “l’ouverture des archives du FLN”.

Mardi dernier, Djamel Ould Abbes avait saisi la visite de la chancelière allemande Angela Markel en Algérie et sa rencontre avec le président Bouteflika pour réitérer que ce dernier se portait bien.

« Vous avez vu comment la chancelière allemande hochait la tête en écoutant le président Bouteflika. Nous avons un grand président que tout le monde écoute », avait indiqué le chef du FLN.

Source : ICI

1

Souhaitez-vous vous abonner à nos pages?

Inline
Inline