Béjaïa : Les habitants d’un quartier s’opposent à la construction d’une mosquée

2

Dans une requête adressée aux autorités de la ville de Béjaïa, dont le président de l’APC, le chef de daïra, ainsi que le wali, les habitants du quartier rue Abdelhafid Ouabdelkader, sis à la cité Tobbal et mitoyen avec le siège de l’UNFA, dans le chef-lieu de commune de Béjaïa, se sont opposés au projet de construction d’une mosquée dans leur quartier, pour la bonne raison qu’il y a déjà trois lieux de culte dans la périphérie immédiate du quartier.

«Nous sommes entourés de mosquées. Il y a déjà celle de Ben Badis, distante d’environ 500 mètres, et celle de Sidi Abdelhak, qui est également à quelques centaines de mètres, sans compter celle de Si Hcène, tout aussi proche.

Pourquoi ajouter une mosquée quand il y en a déjà suffisamment, de surcroît sur le seul espace vert dont disposent nos enfants et nos personnes âgées ?», se sont interrogés les membres du comité de quartier qui se sont présentés à notre rédaction accompagnés d’une requête et d’une pétition.

«Nos enfants et nos personnes âgées n’ont aucun espace vert où jouer ou se reposer ou simplement se détendre. Nous nous opposons à ce que le seul espace disponible dans le quartier soit transformé en mosquée. Nous voulons que cet espace soit un lieu de détente, de rencontres et d’échanges pour tous les habitants du quartier», ont-ils encore affirmé.

Toujours selon ces représentants, ce serait un groupe de fondamentalistes étrangers au quartier qui serait derrière ce projet de construction d’une mosquée et qui auraient des visées sur cet espace vert.

«Nous nous sommes renseignés sur les personnes qui veulent accaparer ce terrain pour ériger une mosquée et nous savons que, premièrement, ils n’habitent pas le quartier et que, deuxièmement, ils ne disposent pas d’un permis de construire. Nous avons déposé une requête signifiant notre opposition à l’accaparement de notre espace vert, accompagnée d’une pétition signée par les habitants du quartier auprès de l’APC et de la wilaya.

Aujourd’hui, nous tenons à interpeller publiquement les pouvoirs publics pour affirmer notre opposition ferme à ce projet. Laissez notre espace vert tranquille ! Il y a assez de mosquées pour que personne n’ait à se déplacer trop loin pour prier.

Par contre, les espaces verts sont devenus si rares partout dans la ville que les autorités ont pour obligation de préserver», ont-ils encore affirmé.

El Watan

2

Souhaitez-vous vous abonner à nos pages?

Inline
Inline