Tizi Ouzou: Des animaux protégés vendus dans les animaleries

1

Lorsque des citoyens, scandalisés, se plaignent que des chardonnerets soient exposés en vente libre au marché à travers les villages de haute montagne, ils sont loin d’imaginer que d’autres animaux sont mis en cage et vendus au vu et au su de tous, en plein centre ville de Tizi-Ouzou. Il suffit d’une virée aux animaleries de Tizi-Ouzou pour se rendre compte qu’en plus des animaux de compagnie habituels tels les chats ou les lapins, qui sont mis en vente libre, des chardonnerets, des écureuils, des hérissons et autres espèces protégées sont, eux aussi, exposés au regard des acheteurs.

La liste des espèces animales sauvages protégées, parue dans le journal officiel numéro 35, du 10 juin 2012, inclut ces animaux que les services concernés doivent protéger. Faute d’informations, des pères de familles font cadeau de ces animaux ou oiseaux à leurs enfants, au lieu de leur apprendre à les défendre. Les défenseurs de l’environnement (associations et autres) semblent focaliser leur attention sur les décharges et les déchets, seulement, qui jonchent notre paysage. Ce qui ne doit tout de même pas occulter que certaines espèces de la faune et de la flore sont menacées de disparition, alors qu’elles font partie intégrante de notre écosystème. Sachant que la plupart des animaux sauvages ne se reproduisent pas en captivité, nous pouvons accuser les vendeurs comme les acheteurs de contribuer à leur disparition, même involontairement.

Ces listes d’animaux protégés doivent être portées à la connaissance de tous afin d’en éviter, également, la chasse. Les services de la protection de l’environnement et les associations «vertes» devraient faire un effort de sensibilisation envers la population, surtout envers les braconniers qui, dans la forêt, tirent sur «tout ce qui bouge».

DDK

1

Souhaitez-vous vous abonner à nos pages?

Inline
Inline