JSK : Hannachi veut bloquer Sadmi

Tout en retirant la plainte déposée contre Malik Azlef et Mohamed Zeghdoud chargés de gérer les affaires du club du 7 août jusqu’au 7 septembre, Hannachi fait finalement machine arrière concernant sa deuxième plainte dont l’audience est prévue pour le 4 octobre prochain.

Le retrait de la plainte en référé que devait traiter le tribunal de Tizi Ouzou le 3 septembre dernier avant d’être reportée pour dimanche dernier est un non événement surtout l’objectif de Hannachi était d’annuler l’assemblée des actionnaires de jeudi dernier qui a consacré Sadmi président du directoire. Et comme celle-ci a eu lieu comme convenu, Hannachi pour sauver la face a retiré sa plainte, mais il maintient celle dans laquelle il réclame l’annulation de toutes les décisions prises par l’AG des actionnaires tenue le 7 août dernier et au cours de laquelle il a été démis de son poste après 24 ans de règne sans partage. En maintenant sa deuxième plainte, il veut bloquer Sadmi qui pourtant a demandé à tous les supporters de le laisser tranquille tout en lui recommandant de laisser lui aussi le club tranquille. De peur que les autorités sportives ne se pressent de reconnaître Sadmi comme le président légitime de la JSK en attendant qu’elles réceptionnent son dossier, Hannachi a pris attache avec ces mêmes instances dans la journée d’hier pour leur dire qu’il n’a pas renoncé à ses poursuites judiciaires contre les décisions prises le 7 août dernier et qu’il se considère toujours comme le président légitime de la JSK. Le maintien de la plainte de l’ancien président risque de bloquer momentanément l’installation officielle du président du directoire. Les dirigeants ont déposé les nouveaux statuts chez les notaires avant de les déposer à la Chambre de commerce de Tizi Ouzou.

Perte

Vu que la destitution de Hannachi s’est faite dans le respect total de la réglementation, ses chances d’avoir gain de cause sont vraiment inexistantes. Les actionnaires et les membres du conseil d’administration ainsi que les membres du CSA lui ont retiré leur confiance à l’unanimité, mais malgré ça, il continue à dire que son éviction de son poste de président de la SSPA/JSK était illégale. Quoi qu’il en soit, il fera perdre un temps précieux à Sadmi et à toute la direction qui a besoin de sérénité pour reconstruire tout ce qu’il a détruit ces dernières années. Déjà pour que Sadmi signe le contrat de partenariat avec l’homme d’affaires italien Cavallo Rocco, il faudra qu’il attende deux à trois mois avant de le faire et avec le maintien de la plainte de Hannachi, cela ne fera que lui perdre du temps.

L’ancien président qui a laissé un club endetté jusqu’au cou au lieu d’aider la nouvelle direction en lui remettant le chéquier du club pour que les dirigeants puissent compléter le dossier Ekedé qui n’est toujours pas qualifié, fait tout pour retrouver son poste de président et cela malgré l’opposition des supporters qui ne veulent plus entendre parler de son retour.

Il a fait machine arrière

Hannachi : «Je maintiens ma deuxième plainte»

Finalement, le président Hannachi ira jusqu’au bout dans le bras de fer l’opposant à l’assemblée des actionnaires de la SSPA/JSK. C’est lui-même qui le confirme dans une déclaration faite hier à la chaîne de télévision Dzair news. Au moment où les supporters pensaient que Hannachi avait décidé de laisser la nouvelle direction travailler dans la sérénité, celui-ci sort de sa réserve pour annoncer sur Dzaïr News que sa deuxième plainte qui sera traitée le 4 octobre prochain est toujours maintenue. «Je maintien la plainte dont l’audience est prévue pour le 4 octobre», a-t-il indiqué à la chaîne Dzair News. Le retrait de la première plainte, qui devait être traitée en référé le 3 septembre avant d’être reportée pour dimanche dernier, ne veut finalement rien dire puisque l’objectif de l’ancien président en interjetant cet appel était de faire annuler l’assemblée des actionnaires de jeudi dernier et qui a débouché sur l’élection de Hamid Sadmi comme président du directoire. Mais comme celle-ci s’est déroulée comme prévu, Hannachi a estimé que ça ne sert à rien de la maintenir surtout que l’audience pour la deuxième plainte dans laquelle il réclame l’annulation de toutes les décisions prises lors de l’assemblée des actionnaires tenue le 7 août dernier et à l’issue de laquelle il a été destitué de son poste de président de la SSPA/JSK.

«J’ai avisé les instances de son maintien»

Vu que l’information du retrait de sa plainte a été rapportée par les medias lourds et la presse écrite, Hannachi a tenu à prendre attache avec les instances footballistiques nationales pour les informer de sa détermination à aller jusqu’au bout de sa plainte. Autrement dit, il leur a dit que l’affaire l’opposant aux actionnaires de la SSPA/JSK est toujours en justice et que l’audience est programmée pour le 4 octobre. «J’ai avisé les instances footballistiques nationales que je maintiens toujours ma plainte», a ajouté Hannachi à Dzair News. Contraint de quitter par la petite porte le club qu’il a géré pendant 24 ans d’une main de fer, Hannachi a décidé finalement de lutter jusqu’au bout pour tenter de reprendre la présidence de la SSPA/JSK. Le président du directoire Hamid Sadmi a appelé à la sagesse la veille de la rencontre face à l’USMB en

demandant aux supporters des Jaune et Vert de laisser Hannachi tranquille tout en demandant à ce dernier de laisser tranquille la JSK. L’annonce du retrait des plaintes a été accueillie favorablement par les nouveaux dirigeants, mais Hannachi les a surpris moins de 24 heures plus tard en déclarant qu’il maintient sa seconde plainte. Le bras de fer l’opposant à l’assemblée des actions ne connaîtra son dénouement que le mois d’octobre prochain. Même si les supporters s’opposent catégoriquement à son retour, Hannachi est décidé plus que jamais à annuler le PV de l’AG des actionnaires du 7 août dernier pour retrouver le poste de président dont il a été démis le 7 août dernier, alors qu’il se trouvait en compagnie de sa famille pour passer ses vacances.

Sadmi : «J’appelle toujours à la sagesse»

D’une éducation exemplaire, Hamid Sadmi, le président du directoire, refuse toute polémique avec l’ancien président Mohand-Chérif Hannachi.

Joint dans la soirée d’hier soir pour avoir sa réaction par rapport à la décision de Hannachi de faire machine arrière concernant le retrait de sa deuxième plainte dont l’audience est programmée pour le 4 octobre prochain, Sadmi n’a pas souhaité faire le moindre commentaire sur ce sujet. «Moi, j’ai montré la voie en appelant à la sagesse. J’ai déjà appelé les supporters à laisser le président Hannachi tranquille et à celui-ci de laisser la JSK tranquille», s’est contenté de dire Sadmi.

Venu en rassembleur, l’ancien président de la section football veut rassembler toute la famille de la JSK pour que cette dernière puisse retrouver son lustre d’antan dans un avenir proche. Il compte faire appel à toutes les compétences en rappelant à chacune de ses déclarations avant et après son élection à la tête du directoire, que toute personne capable d’apporter un plus à l’équipe sera la bienvenue. Il a montré sa bonne foi en conseillant aux supporters de ne plus s’attaquer à Hannachi, mais ce dernier au lieu de lui rendre la pareille tente de bloquer sa venue en maintenant sa deuxième plainte. Non seulement il a laissé un club endetté et les joueurs n’ont pas été payés depuis plusieurs moins, Hannachi tente aussi de mettre les bâtons dans les roues à la nouvelle direction. Il cherche par tous les moyens à retrouver son poste de président, mais Sadmi ne veut pas entrer dans son jeu en refusant toute polémique avec lui ou un autre. Il a un projet solide et tout ce qui compte pour lui est de redorer à la JSK son blason d’antan. Il a entamé sa mission, mais pas encore d’une manière officielle puisque les instances sportives ne l’ont pas encore reconnu officiellement comme le président légitime du club. Ses collaborateurs s’activent pour que son dossier soit déposé au niveau de la Ligue de football professionnel le plus vite possible.

Source : Compétition