Des Maliens dénoncent les conditions de leur expulsion d’Algérie

Des migrants maliens ont dénoncé, ce lundi 12 décembre, le traitement qu’ils ont subi en Algérie. « Nous avons été battus, au moins trois Maliens ont été tués », a affirmé à l’agence AFP Ousmane Coulibaly, l’un des migrants maliens expulsés la semaine dernière d’Algérie. Selon l’agence française, plus de 260 Maliens, expulsés d’Algérie lors d’une vaste opération visant des migrants africains, sont arrivés à Bamako dans la nuit de dimanche à lundi.

Des témoignages accablants

Des migrants interrogés livrent des témoignages accablants pour l’Algérie. Un grand nombre ont accusé les forces de sécurité algériennes de violences et de racisme. D’autres ont affirmé avoir été expulsés bien que leurs papiers aient été en règle, selon l’AFP. Youssouf Doumbia a expliqué avoir alors demandé « aux gens, à l’armée » pourquoi ils étaient arrêtés, et qu’on lui avait répondu qu’ils allaient être « vaccinés ».

« Nous demandons une enquête au sujet des cas de décès annoncés pour avoir confirmation ou infirmation de cette information », a déclaré à l’AFP le délégué général des Maliens de l’extérieur, Issa Togo. « On déplore effectivement le traitement qui a été infligé à nos compatriotes », a-t-il ajouté.

Le directeur exécutif de la section locale d’Amnesty International, Saloum Traoré, a réclamé « l’ouverture immédiate d’une enquête sur les cas de décès et de mauvais traitements physiques rapportés par les Maliens revenus ». Ces témoignages accablants pour l’Algérie interviennent après la vague d’indignation suscitée par les propos de Farouk Ksentini qui a accusé les migrants africains de propager le sida en Algérie.

Régularisations massives au Maroc

Profitant sans doute de ces nouvelles défaillances algériennes, le Maroc a annoncé, ce lundi, une nouvelle vague de régularisations de migrants dans le royaume. L’agence officielle MAP annonce le même jour que Mohammed VI lui-même a « donné ses instructions » pour le « lancement immédiat » de cette opération. La première phase avait eu lieu en 2014 et avait abouti à la régularisation d’environ 25 000 personnes, rappelle Tel Quel.

« Au cours de sa tournée dans des pays d’Afrique subsaharienne, plusieurs chefs d’État ont tenu à féliciter Sa Majesté le roi et le royaume du Maroc pour sa politique migratoire, qui vise l’intégration économique et sociale de personnes en situation irrégulière issues principalement des pays d’Afrique subsaharienne », a souligné la commission nationale chargée de la régularisation et de l’intégration des migrants au Maroc dans un communiqué largement diffusé par la presse locale.

Riyad Hamadi TSA Algérie