Pour survivre, TSA sacrifie son caricaturiste Ghilas Ainouche

TSA SACRIFIE SON CARICATURISTE GHILAS AINOUCHE

Bloqué sur les réseaux d’Algérie Télécom et de Mobilis depuis le 05 Octobre dernier, le site d’information Tout sur l’Algérie TSA est de nouveau accessible. Des associations des droits de l’homme et d’autres médias algériens ont dénoncé ce blocage qui, selon eux, représente « une grave atteinte à la liberté d’expression ».

En effet,  suite à ce blocage les responsables du site TSA n’ont reçu aucune explication de la part des responsables d’Algérie Télécom, néanmoins, Ahmed Ouyahia en sa qualité de premier ministre avait invité le 25 Octobre dernier  « les responsables du site à contacter leur prestataire pour connaître l’origine de la panne ». Tout en niant l’existence de pression sur la presse, le président du  RND avait cité comme exemple les caricatures dans lesquelles : « le président se fait insulter sans qu’il ait aucune poursuite judiciaire contre les auteurs », a-t-il argumenté, en précisant que l’Algérie compte une centaine de journaux et 40 chaînes de télévision.

Suite à  cette déclaration rapportée par le journal en question, nous avons décidé d’enquêter profondément sur cette affaire, notamment que depuis ce jour là, nous avons remarqué que les caricatures de Ghilas Ainouche ont disparu du site TSA.

QUE S’EST-IL PASSE ?

Nous avons donc envoyé un mail  à  TSA dans lequel avons exprimé notre solidarité et sommes interrogés sur la suppression de l’espace dédié à la caricature sur leur site. La rédaction de TSA n’a pas répondu, à  ce jour, à  notre message.

Contacté par KABYLIE TIMES,  Ghilas Ainouche, nous a confiés qu’il est actuellement suspendu par son employeur, TSA en l’occurrence, et qu’il publiera prochainement un communiqué : « dans lequel j’étalerai tous les détails de cette suspension à durée indéterminée et qui s’agit en réalité d’un licenciement déguisé et injuste», a-t-il-souligné.

QUI EST DERRIÈRE LE LICENCIEMENT DE GHILAS AINOUCHE?

Notre curiosité nous a conduits au palais d’El Mouradia, où un haut cadre du gouvernement a décidé de nous en dire plus, tout en usant de son droit à  l’anonymat : « Je peux vous résumer cette affaire en deux lignes. Ouyahia avait instruit sa ministre de la Poste et des Technologies, cette dernière appela ensuite le directeur d’Algérie télécom et l’ordonna de bloquer le site sur ses réseaux.  Ayant peur de perdre ses lecteurs, ensuite la publicité que lui octroient des entreprises nationales, le responsable de TSA avait tout de suite compris le message d’Ouyahia et décidé de sacrifier son caricaturiste le jour même de la déclaration du premier ministre », nous a-t-il confié.

Pour confirmer ou  infirmer  ces informations, nous avons donc fait une simple recherche sur le site de TSA et effectivement, la dernière caricature de Ainouche sur le site remonte au 25 Octobre 2017 – le jour où  le premier ministre avait fait sa déclaration- et depuis aucun dessin n’a été publié.

Après avoir été tabassé par des policiers Algériens,  menacé  de mort par les islamistes, Ghilas Ainouche, ce talentueux caricaturiste mondialement connu, va devoir faire face à une autre situation plus délicate, et ce, avec de son poste de travail et son unique ressource financière.

Rédaction