Tala Lvir: Un Imam salafiste à l’assaut des villageois

Nommé par la Direction des affaires religieuses de la wilaya de Béjaia dans la mosquée Tariq Ibn Ziyad de Tala Lbir, village relevant de la commune de Boudjellil distant de 90 kilomètres du chef-lieu wilayal, un Imam originaire de Médéa sème le trouble avec ses fatwas extrémistes, fanatiques considérées comme étant dangereuses et périlleuses par la société civile de cette localité.

En effet, depuis son arrivée, il y a à peine deux mois, il ne cesse de multiplier, selon des militants associatifs de Tala Lbir, ses sorties étranges à l’encontre des jeunes pratiquants qu’ils soient ou pas. Pour lui et pour reprendre les dires des initiateurs d’une pétition demandant la radiation de cet Imam, le sort de ceux qui ne prient pas n’est autre que la mort. « Contrairement à nos aïeux, il préfère la mort à la vie », s’indigne un militant associatif.

« C’est ainsi d’ailleurs qu’il a prédit que les fameuses prières lancées souvent en langue kabyle juste après un enterrement sont pêchées. Comme il a annoncé ouvertement qu’il ne va jamais prier sur la dépouille d’une personne qui n’a pas fait la prière dans sa vie », précise la même source.

Enfin, il est à noter que les idées de cet imam sont exactement celles de ceux qui avaient mis l’Algérie, dans un passé très récent, à feu et à sang. A présent, des jeunes tirent la sonnette d’alarme et alertent les autorités concernées quant à ce danger qui tente inlassablement de contaminer toute une société.