Le FFS et le RCD participeront aux élections de 2017

Quelques jours seulement après que le RCD a annoncé sa participation aux prochaines élections législatives et locales qui auront lieu en 2017, le FFS vient, lui aussi, d’annoncer sa volonté de participer à cette course. « Le conseil national a décidé à l’unanimité de participer aux élections législatives et locales », a indiqué l’un des membres de l’instance présidentielle du parti lors d’une conférence de presse qui s’est tenue, ce matin, à  Alger.

Beaucoup d’internautes se sont posés des questions quant au but de cette participation si ce n’est qu’une course au pouvoir et même si cela serait au détriment du peuple qui demeure inconscient de son inconscience: « Voilà donc deux partis qui se disent opposants mais participeront à une mascarade électorale organisée par un  gouvernement qui a violé toutes les lois de l’humanité », commente un militant des droits de l’homme. «Ces deux partis politiques ont montré leurs vrais visages à quelques jours seulement après le vote de la honteuse loi de finances et des réformes de la retraite sans parler de leurs nouveaux liens avec les islamistes sanguinaires», s’indigne un autre facebookeur.

A rappeler que le 21 mars 2014 à la salle Harcha à Alger, Said Sadi était avec ses nouveaux amis comme nous avons pu le constater.
La déchéance politique reprochée pendant des années au FFS a fini par contaminer le RCD et comme les fanatiques d’Aït Ahmed à l’époque de Sant Egidio diabolisé par le RCD les fanatiques du RCD reprennent aujourd’hui les mêmes comportements en justifiant l’injustifiable par des « nous sommes mûrs, le parti sait ce qu’il fait. Les islamistes sont désormais des démocrates ».

Avec cette décision, le FFS et le RCD viennent donc de montrer  une souplesse et un esprit sportif à l’égard des islamistes et du pouvoir. Ainsi le scénario des compagnes électorales sera bientôt de retour en Kabylie, et ce,  afin d’essayer de convaincre une minorité pour aller voter et donner encore une fois de la légitimité au pouvoir d’Alger.

Ameksa