Nicolas Sarkozy bientôt face aux juges !

Éliminé de la course présidentielle, Nicolas Sarkozy se retrouve à la merci des juges. Il risque de subir deux procès, dans les affaires Paul Bismuth et Bygmalion, ainsi qu’une mise en examen dans le dossier du financement libyen de sa campagne de 2007.

Nicolas Sarkozy, qui n’aime pas les magistrats, va devoir s’habituer à les fréquenter plus souvent qu’il ne l’aurait souhaité. Parmi les conséquences de sa défaite cuisante à la primaire de la droite et du centre, dimanche 20 novembre, figure en effet son retour définitif à un statut de simple justiciable. L’ancien chef de l’État ne pourra plus prétendre bénéficier de la tradition (non écrite mais presque toujours respectée) de « trêve électorale », qui veut que l’on ne soit pas mis en examen, ni renvoyé devant une juridiction et encore moins jugé pendant une campagne électorale.