Mohamed Raouraoua: Je ne vais pas démissionner

Le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Mohamed Raouraoua, n’a aucune intention de démissionner comme cela a été rapporté par les médias ces derniers temps. C’est ce qu’il a affirmé, aujourd’hui, dans l’entretien qu’il a accordé au quotidien sportif Le Buteur. «Tout ce qui a été dit à ce sujet est faux. Je n’ai jamais songé à la démission, ni après le nul face au Cameroun ni après la défaite contre le Nigeria. Les membres du bureau fédéral et moi faisons notre travail convenablement.

Nous sommes toujours élus et nous irons jusqu’à la fin de notre mandat. Pour ce qui est de cette histoire de quitter le pays, ça n’a aucun sens. Je n’ai pas quitté le pays dans les moments difficiles et ce n’est pas aujourd’hui que je vais le faire. C’est le pays de mes enfants et de mes petits-enfants et je n’irai nulle part, « h’na imout Kaci ». Comme l’a toujours dit notre président de la République, nous n’avons pas d’autre patrie. Et ceux qui parlent de ma retraite, je leur dis que je suis en retraite depuis 47 ans. Je n’ai pas l’intention de quitter mon pays et je le servirai jusqu’au dernier souffle», a-t-il déclaré.

Par ailleurs, l’homme fort du football national a été évasif concernant les prochaines élections de la FAF, prévues au mois de mars 2017, même s’il a laissé entendre qu’il sera de la course. «La porte est ouverte à chaque candidat capable de faire mieux que moi. Nous sommes une fédération et je ne barrerai la route à personne. Je suis même prêt à les aider dans leur campagne électorale», dira-t-il, avant d’ajouter : «Cela fait un bon moment que je pense à l’avenir. Je sais qu’il viendra le jour où d’autres personnes vont venir à ma place. Il est de mon devoir même de le faire. Il y a des jeunes qui sont en train de se former et j’espère qu’un jour ils seront à ma place».

Par ailleurs, le président de la FAF a tiré à boulet rouge sur les «commentateurs» des chaînes de télévision privées qui ne cessent de le critiquer ainsi que l’équipe nationale. «Lorsqu’on critique, on doit être objectif et on ne règle pas ses comptes avec quelqu’un de cette manière», a-t-il déclaré. Il a, en outre, affirmé que les comptes de la fédération sont «clean» et qu’il n’a jamais été question de se soustraire au contrôle financier du ministère de la Jeunesse et des Sports en décidant de ne plus accepter le budget qui lui est alloué annuellement (35 milliards de centimes).

Elyas Nour

Algérie Focus